Bulletin de la Sécurité N°44 – Janvier 2018

Par Thierry COUDERC

Génération smartphones, mini-caméras et tablettes Il était logique qu’après s’être imposés dans nos vies quotidiennes, ils finissent par nous accompagner en vol. Utilisés en système de navigation global connecté, les smartphones et tablettes ont détrôné les GPS portables.

Avec l’avènement de la sacoche de vol électronique dont les conditions d’utilisation sont désormais régulées par l’EASA, ces accessoires sont même en passe de pouvoir remplacer, au moins en partie, la documentation de préparation des vols et de navigation. Le problème qui peut se poser est que nos téléphones, « surfaces » et autres tablettes, ne se contentent pas de nous aider à naviguer. Ils sont par ailleurs à la fois nos moyens de communication, nos mémoires, nos guides, nos stocks d’informations, bref, on ne saurait plus vivre sans eux ! Moi-même, j’ai rédigé ce billet sur l’écran du même appareil qui me sert en vol avec une autre application, et avec lequel il est très probable que je prenne mes photos souvenir des fêtes de fin d’année.

Pour la sécurité des vols, outre le conseil maintes fois rabâché qu’il ne faut pas se reposer exclusivement sur un logiciel pour gérer ses vols, ce phénomène peut avoir plusieurs conséquences : – Il faut en maîtriser toutes les fonctionnalités pour exploiter sans hésitation celles qui servent en vol, et seulement celles-ci, sans risquer la fausse manip qui bloque tout. – En vol, il est impératif de savoir s’isoler du flot de sollicitations extérieures que les smartphones peuvent apporter, et oublier pour un temps que ces appareils sont au départ des téléphones et des outils de navigation… sur le Net. – Il ne faut pas se laisser accaparer par leur manipulation ni par la gestion de leur alimentation. – Comme ils ne sauraient être montés à demeure à bord, il est indispensable d’adopter un système de support conçu avec un minimum de rigueur, de façon à être pratique, fiable et compatible avec le pilotage.

À cet égard, rappelons qu’une ventouse perd de son adhérence avec la baisse de pression, donc avec la prise d’altitude, et que les aimants perturbent les instruments – pas seulement les compas, mais aussi les cadrans à aiguille électromécaniques à galvanomètre. C’est pourquoi les supports automobiles sont très rarement convaincants à l’usage. Reconnaissons que la chute de la tablette et de son support, qui entraîne avec elle le câble d’alimentation avant d’aller se nicher entre les palonniers, n’est pas une perspective réjouissante. Avec un habitacle ouvert, autogire, chariot paramoteur ou pendulaire, cela peut facilement se conclure par la chute par-dessus bord, éventuellement après un passage de tout ou partie du montage au travers de l’hélice.

N’oublions pas d’exercer la même attention à tous les autres accessoires qui peuvent nous accompagner en vol sans être nécessaires à notre pilotage. Le REX suivant est bien représentatif du genre de chose qui peut survenir : http://cnfas.isimedias.com/ffplum/COMPLET/REX_Visualisation.cfm?id=7391&ty=11 Notre vigilance de pilot

LIRE L’INTÉGRALITÉ DU BULLETIN